Il n’y a plus de droite en France depuis 70 ans…


abo280

Par Lambert Christian

C’est une vieille histoire qui remonte à 1940. En juin de cette année-là, la France écrasée en quelques semaines par l’armée allemande était en total désarroi. Avec 2 millions de prisonniers et des millions de Français sur les routes, en voiture, en carriole, à bicyclette et à pied, ne sachant où aller, le peuple français trouva un recours en la personne du maréchal Pétain, « vainqueur de Verdun ». Il appartenait à la droite classique qui était faite pour l’essentiel d’anciens combattants de la Première guerre mondiale, toujours très présente dans les esprits, ainsi que de maurrassiens royalistes, dans une France catholique, encore en grande partie rurale. Très rares étaient alors les Français qui connaissaient un « général de brigade à titre temporaire », du nom de De Gaulle qui, disait-on, était parti après la défaite se réfugier « chez les Anglais ». Dans le désordre général et bientôt la disette, son appel du 18 juin passa inaperçu. Cela n’échappa pas à De Gaulle, d’un orgueil hors du commun et d’une susceptibilité exceptionnelle. Il ne pardonna jamais à la droite, c’est-à-dire pour l’essentiel à la bourgeoisie, de l’avoir méconnu et dédaigné…

Lire la suite dans les 4 Vérités...

George Soros chercherait-il à renverser le nouveau gouvernement polonais ?


Par Olivier Baul

Download PDF

C’est ce qu’affirme Paweł Kukiz, le rocker qui avait créé la surprise aux élections présidentielles de mai en obtenant 20 % de voix au premier tour, et dont le parti à obtenu 8 % aux élections législatives d’octobre. Un parti d’opposition au gouvernement de Beata Szydło, mais qui le soutient dans le conflit autour de la Cour constitutionnelle polonaise (l’explication de ce conflit ici). Samedi, plusieurs dizaines de milliers de manifestants protestaient dans 19 villes de Pologne contre le PiS sous prétexte de défendre la démocratie et la Cour constitutionnelle. Des manifestations qui, par la concentration de journalistes, de politiques, d’acteurs et autres personnages connus pour leur soutien au gouvernement PO-PSL précédent et, d’une manière générale, au « Système » issu des négociations ayant conduit à la chute du communisme il y a 25 ans, faisaient penser que les élites étaient descendues dans la rue pour protester contre le peuple au pouvoir. Une situation que confirment la plupart des sondages qui montrent une progression du PiS depuis les élections et une baisse des partis les plus engagés dans ce mouvement de protestation…

Lire la suite dans Nouvelles de France...

Transformisme et mariage pour presque tous


Ce n’est pas tout à fait un hasard si le seul parti…

assemblee-natio-ale-1024x648

… qui paraît défendre les intérêts de la nation se trouve aujourd’hui exclu de l’arc constitutionnel.

Par Martin Peltier

Par un de ces paradoxes dont on ne cesse de se délecter, plus les peuples, dans leurs formidables ruades, montrent qu’ils rejettent le système qu’ils ont élu et ses petits arrangements entre amis, plus ledit système, pour se maintenir, décrète l’urgence d’une union des élites. On a connu, sous la Quatrième expirante, la fameuse omelette coupée aux deux bouts où communiaient dans une même substance baveuse socialistes rosâtres, radicaux bleuâtres et modérés blanchâtres. On voit aujourd’hui Angela Merkel conduire la grande coalition CSU-SPD sur la mer agitée d’une Allemagne en colère ; ou les Espagnols coupés en quatre chercher désespérément quelle combinaison trahira au mieux la volonté populaire. Et l’on voit bien que, de Valls à Juppé en passant par Xavier Bertrand et Christian Estrosi, le système politique français, sous la houlette de François Hollande, cherche un moyen de se perpétuer au centre pour refuser les demandes expresses et claires du peuple français

Lire la suite sur Boulevard Voltaire...

L’outre-mer « oublié » par les médiats


Fabien Clain, hideux chantre de la mort…

… est originaire de La Réunion. Là-bas aussi souffle un vent de malaise et d’inquiétude ; là-bas, en France.

dom_tom_map_fr

Par Thibaut d'Arcy

À quel point les médias procèdent à une sorte de « filtrage » permanent du réel, on a pu notamment l’observer, à l’occasion des régionales, par la façon dont ils ont « oublié » la France ultramarine. Je ne parle évidemment pas de la France extrêmement favorable au Front national – la précision n’est peut-être pas inutile – mais des régions d’outre-mer, les ROM (ah, facétie des acronymes !)…

Lire sur Boulevard Voltaire...

Régionales : l’UMPS surfe sur les peurs !


miege-1

Par Moulin Lerat Francoise

Le résultat au deuxième tour des régionales a été concluant : les mê­mes copains-coquins continueront à gérer les conséquences de leurs propres er­reurs.

Il paraît qu’avec le FN, ce serait pire. Je me demande ce qui pourrait être pire que la situation actuelle.

Lire la suite dans Les 4 Vérités...

Pour une dynamique patriotique…


… un esprit de rassemblement national

1954965887

par François Marcilhac

C’est la une de La Croix qui, ce lundi 14 décembre, résume le mieux les résultats des élections régionales : « La défaite pour tous ». Défaite du Front national qui, bien que devenu le premier parti de France, ne remporte aucune région…

Lire la suite dans La Faute à Rousseau...

Hystérie à froid contre le FN


L’hystérie à froid, technique française brevetée…

f-haine-1-1200x648

… exploite la sombre fureur des foules et des transes au profit d’un système qui refuse de mourir.

Par Martin Peltier

Marine Le Pen n’est pas ma tasse de thé. J’explique pourquoi depuis une dizaine d’années, et en quoi la ligne dite Philippot me déplaît. Ça ne me donne que plus de liberté pour m’ébahir de la vague d’hystérie à froid dont le Front national est aujourd’hui victime.

Lire la suite sur Boulevard Voltaire...