La critique de Barkhane…


… procède d’une erreur d’analyse

Les sanglantes attaques terroristes menées à Bamako le 20 novembre 2015 et à Ouagadougou le 15 janvier 2016, font dire à certains journalistes spécialisés dans les questions militaires que « l’opération Barkhane a été contournée » et que la question à la fois de son coût -700 millions par an-, et de son terme, doit donc être posée. Jean-Dominique Merchet écrit même que « (…) Barkhane est victime du syndrome de la ligne Maginot. Ces opérations empêchent l’ennemi de passer là où l’on a décidé qu’il ne passerait pas, mais il n’en a cure et prend un autre chemin ».

Cet avis rappelle la controverse Lyautey-Pétain quand, durant la guerre du Rif, le second, qui ne connaissait le Maroc que par les cartes, reprochait au premier sa manœuvre d’étouffement d’Abd el-Krim parce qu’elle ne donnait évidemment pas les résultats immédiatement visibles qu’aurait pu produire un frontal assaut de tranchée… Oublions donc les visions métropolitaines et même à certains égards « betteravières », pour ne prendre en compte que les réalités des grands espaces de l’ouest africain. Or, ces derniers ne peuvent s’analyser en chambre…

Lire la suite sur le blog de Bernard Lugan...
Publicités

Le dispositif Barkhane rend les espaces nordistes du Mali et du Niger…


… de plus en plus hostiles aux terroristes

 

Analyse de Bernard Lugan quelque peu différente de celle de Jean-Dominique Merchet :

« Au moment où, paniqués par la progression de Daesh en Libye, certains en sont quasiment arrivés à croire qu’il était possible de soutenir une partie des jihadistes contre les autres, le massacre commis à Ouagadougou venant après celui de l’hôtel Radisson de Bamako le 20 novembre 2015, rappelle que nous sommes en présence d’un même phénomène. Comme en Syrie, où le président Poutine ne cesse de dire qu’il n’y a pas plus de jihadistes « modérés » qu’au Sahel…

Lire la suite dans le Salon Beige...

« La situation de l’Afrique est apocalyptique, sur fond de suicide démographique »


Par Bernard Lugan

arton37020-77f47

En 2015, l’Afrique a connu une grande révolution liée à l’effondrement du prix du baril. Ceux qui affirmaient il y a encore quelques mois que le pétrole allait devenir de plus en plus rare et qu’il fallait d’urgence entrer dans un nouveau modèle industriel, sont aujourd’hui bien silencieux face à la surabondance de l’or noir que le marché ne parvient plus à absorber.

Lire la suite dans E&R...

Bistro Libertés…


… avec Bernard Lugan

 TV-Liberté

1. Le nouveau paysage politique français

Qui est le vainqueur du deuxième tour des élections régionales ? Les Républicains, le Front National ou la Gauche ? En tout cas, chacun s’est efforcé de se satisfaire des résultats…

2. L’Afrique face à la bombe démographique

Le doublement annoncé de la population africaine en 2050 met le continent devant de redoutables défis. 15 à 20 millions de jeunes sont attendus chaque année sur le marché du travail. Ils seront nombreux à rejoindre des groupes mafieux ou des djihadistes islamistes. Des éléments qui viennent tempérer l’afro-optimisme en vogue.

3. Le Planning familial à la poubelle ?

Féministe et d’éducation populaire, le Planning familial a été créé en 1956. C’est un mouvement militant qui prend en compte toutes les sexualités et défend le droit à l’avortement. Alors que Marion Maréchal menaçait de supprimer les subventions de l’association, l’organisation a appelé à voter contre le FN qui propose une véritable régression en matière d’égalité.

4. Un Sangatte dans le 16e arrondissement de Paris : À mort les bourgeois ?

Le gouvernement s’apprête à accueillir des réfugiés-migrants-clandestins dans le Bois de Boulogne à Paris. Une idée saugrenue ou la volonté de demander aux plus privilégiés de faire preuve de solidarité.